POP notes

22 décembre 2022

Top 2022 Geoffroy

Top5God

Encore une fois sous trop l’eau pour rédiger les grandes tartines lyriques et hagiographiques
auxquelles je vous avais habitué en des temps moins charrette, voici néanmoins le top 2022 de
ma pomme.


5 — Chrysta Bell, Midnight Star

 

Ce choix pourra vous sembler étonnant, mais c’était difficile de faire l’impasse sur le nouveau
disque de Chrysta Bell, A.K.A. Special Agent Tammy Preston, vu que ça été ma sensation live de
l’année. J’ai eu la chance de voir son set en petit comité dans la cale l’iBoat en Juin et c’était un
moment de musique absolument merveilleux (j’en profite pour remercier La Jacotte pour la place).
Ça me paraissait donc logique de laisser une petite place en bas de mon top au single éponyme
tiré de l’album Midnight Star sorti en début d’année.



4 — Soccer Mommy, Unholy Affliction

 

Sophia Regina Allison évolue depuis quelques années dans la galaxie de la nouvelle vague des
chanteuses à guitare, catégorie comptant également les très chères à mon cœur Phoebe Bridges,
Lucy Dacus et autres Snail Mail. Son troisième disque, Sometimes, Forever est un peu son
Tonight, the Night. Au fond du seau, mal à l’aise avec son succès, le confinement lié à la
pandémie, et l’état du monde en général, le titre que j’ai choisi exsude des abîmes de noirceur et
un nihilisme absolument fascinants.

 


3 — Horsegirl, Anti-Glory

 

Plus qu’adoubées par Lee Ranaldo et Steve Shelley puisque les deux anciens membres de Sonic
Youth interviennent directement sur l’album, le premier disque de Horsegirl est un ode aux années
90 par un trio d’ados qui ne les ont très certainement pas vécues. Pour mon top, j’ai choisi
l’excellent Anti-Glory, pour ses relents de Stereolab et son calibrage plus dance floor que garage.
Une prouesse pop que n’aurait probablement pas renié feu-Kurt.


 


2 — The Smile, The Smoke

Après le final non pas en fanfare mais en arrangements de cordes façon Vannier de Radiohead en
2016, on s’était résignés à devoir se rassasier les oreilles avec un petit projet solo de l’un ou de
l’autre des membres du quintette. C’est donc avec surprise et une certaine anticipation que j’ai
attendu la publication de The Smile, avec non pas un, mais deux membres du défunt groupe de
Cambridge. Ci-dessous, l’excellent The Smoke, dont la ligne de basse lancinante et les rythmes
chaloupés sont passés plus d’une fois sur ma platine.


 


1 — Indigo Sparke, Pressure in my Chest

Indigo Sparke signe cette année son deuxième disque chez Sacred Bones, un opus folk intimiste,
minimaliste et sensuel, à l’image de ce titre, Pressure in my Chest, que j’ai gardé en tête façon
ver musical depuis l’annonce de l’album courant juin. Inutile que je m’étende : c'est un petit
condensé de tout ce que j’aime.

 


1 (Aussi) — Indigo Sparke, Blue

Pourquoi choisir quand on a quelques années d’avance sur mes compères Julien et Éric
concernant les entorses au règlement du “cinq titres par an et c’est tout” ? Je me permets donc
d’utiliser un de mes jokers pour vous proposer l’autre face d’Indigo Sparke, encore plus
minimaliste, encore plus intimiste, quelques notes de guitare et des harmonies de voix sur fond
d’un New-York nostalgique reminiscent des grandes heures du Chelsea Hotel et d’une Nico
encore blonde.


Posté par POP notes à 18:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 novembre 2022

Top 2022 Julien

 

top5-2022

Bonjour à tous,

C’est parti pour mon Top 5 musical de 2022

 

5-Lydia Wears A cross – Julia Jacklin

Pas facile de faire aussi bien que Crushing son précèdent album. C’est vrai que Julia Jacklin ne transforme pas totalement l’essai de son précèdent LP. Néanmoins, « Lydia Wears A cross » et un super bon titre qui m’a trotter un bon moment dans la caboche. Titre magnifique qui évoque ses jeunes années dans son collège catho en Australie. Le recul, le ridicule de la chose, mais aussi la beauté, quand tout était plus simple avant le passage à l’Age adulte.  

 

 

 

4-The Dealer – Nilufer Yanya

Cette jeune Anglaise d’origine Turc a bien eu raison de refuser un girls band fomenté par un des membres des One direction. Danser et faire la belle comme Rihanna, elle peut très bien le faire toute seule comme une grande dans ses clips. Sauf que, une guitare dans les mains Nilufer ne craint personne, et sait très bien vous faire dodeliner de la tête avec sa Noisy Pop dépressive.

 

 

 

3-Iron lung – King Grizzard and the lizard wizard

Vingt albums en dix ans ce n’est plus une carrière, c’est une odyssée ! Avec trois albums rien que cette année, les Grizzard frôlent l’hyperactivité. Cette formation Australienne est devenue une solide référence pour les amateurs de rock Psyché. Alors forcément avec une production pareille, leur discographie est un peu inégale, entre concepts fumeux et tentative trash métal. Pourtant « Ice, Death, Planets, Lungs, Mushrooms And Lava » leur petit dernier, possède de beaux moments de jazz rock frénétique comme on les aimes. Je vous conseille vivement l’intégralité de leur concert chez KEXP où les garçons, bien en place, groovent comme des dieux.

 

 

 

 2-Burning – Yeah Yeah Yeah

Difficile de passer à côté du retour des Yeah Yeah Yeahs. Comme un éléphant dans un magasin de porcelaine. Production ciselé et FLASHY pour un disque assez court mais percutant. Bref, ça marche au poil, et on a bien envie nous aussi de hurler avec Karen à la cantonade des BUUURRNNNIIINNG fiévreux. Mince, quel tube !

 

 

 

1-Skirting On the Surface – The Smile

The Smile a commencé à enflammer les internets en ce début d’année. Il s’agit du Side Project surprise de Tom Yorke et Johnny Greenwood (les têtes d’ampoule de Radiohead) sans oublier le batteur de jazz Tom Skinner. Coup de hype ? Même pas tant l’album tient très bien la route, balançant des pépites à la chaine. Normal me direz-vous quand on descend au fond de la mine comme Tom pour le clip de « Skirting On the Surface » morceaux non utilisé des « heads » absolument magnifique.

 

Passez de bonne fêtes et à l'année prochaine !

Posté par POP notes à 21:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 janvier 2022

Top 5 2021

voeux 2022 rvb

 

 

Bonne et meilleur année à toutes et tous pour 2022 Encore une belle année pour l'indie, la pop orchestrale et les petites nouveautés, je ne peux malheureusement pas mettre dans ce top les quelques 20 chansons qui ont fait mon année, qui ont tournées en boucle, Anna B Savage, Arlo Parks, CHVCHES, Damon Albarn, Eliza Shaddad, La Femme, Fur, Maple Glider, Penelope Isles, Prtico Quartet, Reb Fountain, Sam Fender, The Stranglers, W. H. Lung n'y figurent d'ailleurs pas, désolé...

5 - Villagers - So Simpatico

Depuis le temps que je souhaite poser là une chanson de ce groupe irlandais mené par Conor O’Brien, depuis que ce top pop existe, je crois. Nous retrouvons dans Fever Dreams le socle solide qui a fait le succès des disques précédents avec cette fois ci une tendance affirmée vers la chaleur des cuivres et la rythmique sensuelle et fluide du jazz comme dans So Simpatico. De là on pousse l'exploration avec les échos hypnotiques en mode free jazz de Restless Endeavour, où la voix envoutante de Conor O'Brien résonne vague après vague.

 

4 - Maxïmo Park - Feelings I'm Supposed To Feel

Œuvre de confinement, le septième album de Maxïmo Park a été intégralement élaboré à distance, les membres du groupe de Newcastle ont enregistré à la maison, chacun de leur côté, en confiant ensuite au producteur américain Ben Allen (Deerhunter, Belle & Sebastian) le soin d’assortir tous les éléments conçus séparément. En dépit d’un mode de fonctionnement forcément inédit pour des musiciens habitués à partager la scène ou à faire trembler les murs de leur studio d’enregistrement, Nature Always Wins fait preuve d’une ardeur et d’une cohérence étonnantes. 2 tubes à la Pulp s'en dégagent, je vous mets les deux ne sachant choisir...

 

3 - John Grant - The Cruise Room

Que dire de cet américain, installé depuis plusieurs années en Europe, qui, depuis les Czars, continue sans cesse de m'impressionner. Cette chanson me renvoie directement au sublime et méconnu "Drug" du génial album The Ugly People Vs The Beautiful People, il ya 20 ans. John Grant a établi un style bien précis depuis plusieurs années déjà, il parle sans filtre et a l’art et la manière de mesurer ses propos, à l’image de sa pochette sur laquelle il apparaît de face, l’œil brillant et persuasif. Il sait gronder et user de sa voix de baryton pour démanteler le monde en gardant une distance maitrisée grâce aux sonorités pop et torrents synthétiques qui sont désormais sa marque de fabrique.

Et puis je vous mets "Drug" pour le plaisir...

 

2- She Drew The Gun - Panopticon

Dans ce troisième disque du groupe du Merseyside, Louisa Roach, chanteuse et tête pensante du groupe, a toutes les raisons du monde d'être énervée et en colère : féministe, socialiste, anti-raciste elle voit son pays prendre l'exacte direction opposée. De là est né ce Class War (How Much) qui dénonce la corruption des élites politiques. De sa rage elle extirpe un disque brillant, lumineux et créatif au possible. Behave Myself embrasse bien des styles différents : pop, electronica, musiques urbaines... tout cela secoué dans un grand shaker qui nous offre une multitude de directions musicales différentes. Mais, et c'est là la grande force de ce disque, jamais il ne perd de sa cohérence. Ce jouissif Panopticon a un côté 80's et rappelle la pop disco de Blondie mais cette chanson reste très actuel et complétement bien ancré dans la culture du 21ème siècle.

 

1 - Wolf Alice - How Can I Make It OK

Ma chanson de l'année, je ne sais combien de fois je l'ai écouté, les arrangements sont magnifiques, la voix d'Ellie Rowsell est envoûtante. Le clip est une petite merveille... Wolf Alice savent se faire discret dans nos contrées. Malgré leur nomination en 2016 pour le Grammy Award de la meilleure prestation rock, puis avoir remporté en 2018 le Mercury Prize avec son second album Visions Of A Life, le quatuor londonien ne fait pourtant pas plus de bruit que ça en dehors du Royaume-Uni. Difficile d'y trouver une explication rationnelle tant le groupe, en deux disques remarquables, aura su convaincre quiconque se penche un tant soit peu sur son cas, aussi bien du côté des critiques que du public, unanimes en tout point.

Posté par POP notes à 12:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 décembre 2021

Top 5 2021 Geoffroy

top-5-God

Ça y est, les jours les plus courts de l’année sont de retour, c’est l’heure du top 5. 

 

 

 

5 — Lia Ices - Our Time

Après quelques errances du côté de l’électro un peu molle, Lia Ices revient à la folk cette année avec son “Family Album”. Sans jamais égaler les sommets de “Grown Unknown” (probablement un de mes disques favoris, EVER), il y a quelques belles pistes, comme ce titre “Our Time”.

 


 

 

4 — Emma Ruth Rundle - Return

Après trois albums solo centrés sur des mille-feuilles de guitares noyées dans la reverb et le delay, Emma Ruth Rundle nous prend à rebrousse-poil avec un disque conçu dans le dépouillement le plus total, d’une franchise et d’une vulnérabilité désarmantes. Un disque sous forme d’aveux et sans artifices, à la façon des “Songs of Love and Hate” de Leonard Cohen. Ici, le splendide brûlot “Return”, parfaite synthèse de ce que propose l’album.

 

 

3 — First Aid Kit - You Want It Darker

Le 7 novembre 2016 (cinq ans déjà !) un des derniers grands singers-songwriters du XXème siècle nous quittait. Au printemps 2017, le duo folk (épaulé par ses potos) First Aid Kit organisait un concert commémoratif pour la télévision suédoise. Cette année, le concert a été consigné sur vinyle, un double-album live qui retrace les grands moments de la carrière de Cohen. En guise d’extrait, j’ai choisi leur version de “You Want It Darker” que je trouve absolument remarquable.

 

 

2 — Blood Red Shoes - Morbid Fascination

Coupé net par la pandémie dans la tournée, extensive comme à leur habitude, de “Get Tragic”, il faut croire que Blood Red Shoes avait pas mal de temps à tuer en 2019 et 2020, vu la quantité pléthorique de nouveau matériel publié cette année : un gros EP en solo pour Laura-Mary, de multiples collaborations et productions pour Jazz Life Records pour Steven, un EP signé BRS particulièrement furax en août et maintenant le teasing de leur sixième LP annoncé pour la mi-janvier 2022. 

 Impossible pour moi de faire l’impasse sur la première cut du nouvel album à venir : “Morbid Fascination”, qui prouve que la win-streak n’est pas prête de s’arrêter.

 

 

 

 

1 — The Goon Sax - In the Stone

Contre toute attente, c’est le petit trio australien “The Goon Sax” qui a subi la rotation la plus lourde sur ma platine cette année. Avec ses accents résolument 80/90’s, quelque part entre le grunge déglingo et la cold wave, leurs mélodies simples et leur esthétique bien fuckée a su réveiller l’ado qui sommeille en moi, je crois. Comme à la vieille époque, l’album gravite autour de quelque singles bien sentis, en particulier “In the Stone”, ver musical absolu avec son duo vocal décidément charmant.

 

 

Posté par POP notes à 10:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 novembre 2021

Top 6 2021

 

Top-6-copie2

 

Voici le temps du Top 6 2021 !

 

6-Press Gang : TV Priest

Un chauve à moustache éructant à la Nick Cave sur des riffs de guitares percutants ? Encore une trouvaille du label Sub Pop qui s’y connait pour dénicher la hype du moment. Idéal pour manger ses céréales le matin.

 

 

5-Bloody Soil : New Pagan

Le paganisme c’est le nouveau chic ! N’empêche, ce jeune groupe Irlandais possède suffisamment de savoir-faire pour qu’on y prenne un « sacrée » plaisir.

 

 

4-Crushing : Ex :Re, 12 ensemble

Ma plus grosse frustration sur mon top de 2019 est d’avoir raté l’album solo d’Elena Tonra. Quelle idée de sortir des albums majeurs fin décembre ! Depuis Elena a créée « Ex :Re with12 ensemble ». Réinterprétant ses chansons avec l’aide de la compositrice et multi instrumentiste Joséphine Stephenson, lors de plusieurs concerts au Kings Place à Londres, l’album sorti en février rentre illico dans mon classement.

 

 

3-Memento Mori : Sven Wunder

Tandis que revoilà Sven ! Présent dans mon classement l’année dernière, le suédois est définitivement très prolifique et ma régalé avec son album « Natura Morta ». Cette fois-ci, le bonhomme paye son tribut à des compositeurs de musique de film comme Piero Piccioni ou François de Roubaix.  Et puis un solo jazzy au clavecin, franchement, c’est quand même classe non ?

 

 

2- Going Down South : The Black Keys 

Back to basics. Voilà que le duo de Minneapolis sort un album de reprises de vieux standards avec deux piliers du « hill country blues », Kenny Brown et Eric Deaton. Les hipsters feront peut-être la gueule de ne pas trouver de titres à mettre dans leur playlist du matin, mais force est de constater que ça marche du feu de dieu. Une section rythmique à la cool mais ne faisant pas de quartier, avec de beaux duels de guitares à la clé. Album hautement recommandable.

 

 

 

1-One : Anna B Savage

Pas facile le talent. Cette jeune britannique à la voix si impressionnante fait parfois penser à Jeff Buckley pour cette équilibre fragile entre moments admirables et crispants. L’album sortie cette année n’est pas toujours simple à écouter tant l’émotion y est à fleur de peau. Mais il lui suffit juste de monter la voix ou d’un simple accord de guitare pour vous foutre intégralement les poils sur tout le corps.

 

 

A l'année prochaine.

 

 

 

Posté par POP notes à 20:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]