POP notes

20 décembre 2020

Top 5 2020 Eric

5- The Jaded Hearths Club

Un album de reprises mais quelles reprises, du classe, du rock, de la soul... À l'heure du confinement, je ne pouvais pas écouter de musique triste et lente, j'avais viscéralement besoin de bouger, de taper du pied, alors, The Jaded Hearts Club (initialement connu sous le nom de Dr. Pepper's Jaded Hearts Club Band) est arrivé en sauveur, "welcome to the Mods" (ça me rappelle l'époque "Quadrophénia" et touti quanti). Le supergroupe britannique formé en 2018 se compose, excusez du peu, de Miles Kane (The Last Shadow Puppets) et Nic Cester (Jet) au chant, Matt Bellamy (Muse) à la basse et au chant, Graham Coxon (Blur) et Jamie Davis (Graham Coxon's side project, Transcopic) à la guitare, et Sean Payne (The Zutons) à la batterie.

4- Doves

Quand on parle de Pop Orchestral, on pense évidemment aux Doves. Meilleur chanson de tous les temps "Kingdom of Rust", il ya plus de 10 ans déjà... Je la mets là pour les nostalgiques ( à chaque 3mn21 je me prends une émotion hallucinante) :

Et puis, plus rien ou pas grand chose, jusquà cet album et ce single "Prisoners", pour la circonstance de confinement, pour nos vies bloquées, notre prison surveillée, toujours aussi orchestral, un peu plus rock aussi (solo de guitare à 2mn 53 de 20 secondes qui fait du bien, welcome Julien, c'est pour toi et c'est gratuit, encore rare de nos jours d'avoir un solo musicale dans un titre) du très bon Doves avec cette voix reconnaissable entre toutes, celle de Jimi Goodwin.

3- Genghar

On continue de bouger du popotin avec ce groupe que j'ai découvert il y a deux ans sans réelle chanson implacable mais de la pop anglaise efficace, ni plus, ni moins. Là on retrouve les qualités mélodiques, la voix fascinante de Felix Bushe, et ce morceau funk et catchy qui emporte direct mon corps dans une danse endiablée !

2- Matt Berninger

"Serpentine Prison", le premier album solo de Matt Berninger, le chanteur du groupe The National, une nouvelle entité fondée par Berninger et le célèbre multi-instrumentiste de Memphis Booker T. Jones. On y retrouve son univers mélancolique et romantique, et toujours ça belle voix de crooner, la classe à Las Vegas en l'occurence Los Angeles !

1- Deep Sea Diver

La chanson qui a le plus tourné cette année. Rien à en dire de plus que notre confrère Geoffroy.

Et un petit bonus, mon héros, mon John Grant, mon ex-chanteur des Czars, ma star qui chante une reprise de soul black... La classe !

Whyte Horses

Posté par POP notes à 21:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 décembre 2020

Top 5 Geoffroy

Top5

 

Pas mal de valeurs refuge pour bibi dans cette année un peu particulière. Je vous annonce d’emblée qu’il va y avoir beaucoup de voix féminines avec des guitares.

 

Allez, je vous les mets par ordre chronologique pour changer, tiens. Et puis je serais bien incapable de les ranger autrement de toute façon.

 

 

Janvier — Alexandra Savior / Saving grace.

On commence tout début janvier avec la sortie du deuxième disque d’Alexandra Savior, The Archer. Savior m’avait déjà enchanté avec Belladonna of Sadness (en 2017) et son atmosphère nocturne et légèrement lynchéenne. Ici, elle fait tout pareil et on n’en demandait pas plus.

 

 

 

Avril — Hazel English / Shaking

En rotation assez lourde sur la fin du premier confinement, la pop 60’s, acidulée, juvénilement politique d’Hazel English a égayé mes journées de printemps. C’est girly, ça s’écoute tout seul, la bande son idéale des premiers beaux jours de l’année. Youpi les hippies.

 

 

 

 

Mai — Charlene Kaye / Howl

Après un premier disque assez érudit tendance “Berklee Funk” il y pas loin de dix ans (edit : en fait, j’ai vérifié, c’était il y a 12 ans, le temps passe à une vitesse…) qui comportait notamment un chouette duo avec Darren Criss (“Skin and Bones”), suivi par un deuxième opus en 2012 sur un versant très (trop) électro-pop (je n’ai pas du tout aimé), Charlene Kaye nous a lâché un nouveau titre en mai qui augurait du très bon. L’album vient de sortir il y a quelques jours. Verdict : pas mal, mais un poil inégal à mon goût. “Howl” reste un très bon titre, qui a bien mérité sa place dans mon top.

 

 

 

Septembre — Deep Sea Diving / Impossible Weight

Encore un groupe que j’ai découvert, puis pas mal écouté pendant le premier confinement. Nul doute que si j’avais connu à l’époque de leur précédent album, un de leur titres aurait probablement déjà figuré dans mon top 2016. C’est maintenant chose faite avec Impossible Weight, single qui accompagne leur nouveau disque (qui comporte un featuring de Sharon Van Etten ce qui fait toujours plaisir). 

 

Par ailleurs, je vous prierai de bien vouloir noter que je suis convaincu du fait que Jessica Dobson fait partie des grand·es guitaristes de sa génération. Je tiens à le coucher sur le papier tout de suite pour pouvoir faire le malin plus tard en fanfaronnant que “je l’avais dit en 2020”.

 

 

 

 

Octobre —  The Weather Station / Robber

De retour trois ans après avoir réalisé un de mes albums favoris de 2017, The Weather Station nous a propose ici un nouveau titre subtil, dense, à l’image de musiciens à maturité artistique totale. On attend le reste de l’album désormais avec une impatience non dissimulée. Peut-être un des sommets de 2021 sur l’applaudimètre de ma pomme ?

 

 

 

En vrac pendant 2020 : Je me suis enfin mis à Wilco (ça faisait un bail qu’on se tournait autour, à distance respectable). Je confirme : Yankee Hotel Foxtrot n’a pas volé son statut de chef-d’oeuvre. J’ai aussi beaucoup écouté Neil Young cette année. En particulier la “Ditch Trilogy” (Times Fade Away / Tonight’s the Night / On the Beach). Ça me semblait assez adapté à l’ambiance globale, au niveau planétaire, tout ça.

 

Voilà c’est tout pour moi. 

See you next year, en espérant qu’une autre catastrophe globale ne nous tombe pas sur le coin de la figure d’ici là. Bisous, et couvrez-vous bien, ok ?

Posté par POP notes à 18:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 décembre 2020

Top 5 Julien

 

Top-5

 

Bon, on est tous d’accord, drôle d’année que 2020. Néanmoins ça n’a pas empêché quelques bons disques de se frayer un chemin vers nos oreilles audiophiles. Voici donc ma sélection :

 

Broken Sleep / Agnes Obel

Déjà dix ans de carrière pour Agnes Obel. Dix ans d’une discographie sans fautes. Albums après albums, la Danoise semble gagner en assurance, évoluant vers des climats toujours plus expérimentaux. Sur « Myopa » son dernier LP, la compositrice se permet même quelques envolées instrumentales dévoilant une beauté gothique stupéfiante dont on osait pas rêver (« Parliament Of Owls »). Ainsi le titre « Broken Sleep », dont les charmes somnambules se dévoilent encore mieux en live, révèle la subtilité de ses arrangements.

 

 

 

Kora / GoGo Penguin

Les petits pingouins ont encore frappés ! Ce trio jazz de Manchester a depuis 2012 repris la formule des groupes comme « E.S.T » ou « The Bad Plus » mais néanmoins avec une sensibilité pop rendant le tout plus accessible. Motifs de piano répétitifs obsédants, contrebasse ENORME et passage à tabac du batteur. La formule marche du tonnerre !

 

 

 

Song For Our Daughter / Laura Marling

Après avoir fait ses gammes avec des groupes comme « Noah and The Wale », la britannique Laura Marling développe une carrière solo des plus passionnantes. Suite aux expérimentations électro Pop de son précédent album (LUMP), Laura, confinée chez elle, écrit et compose très rapidement un album folk absolument somptueux. La jeune anglaise, chamboulée par ce contexte anxiogène, s’imagine jeune maman et invente un dialogue avec sa fille imaginaire. Comment la préparer à ce monde qui s’annonce si difficile ? Portée par la douce voix de Laura, « Song For Our Daughter » est une chanson magnifique. L’irruption des cordes fini de vous bouleverser complètement.

 

 

Hot Winds Arrive / Sven Wunder

Qui est Sven Wunder ? Très peu d’informations ont filtré sur ce mystérieux musicien Danois, ni sur le gang d’instrumentistes géniaux avec lesquels il a publié ses deux merveilleux albums de pop Psychédéliques. Avec ses nappes de piano jazzy, sa basse « funkadelic » et l’utilisation d’étranges instruments orientaux, on pense à David Axelrod. On pense également à un mix improbable entre du rock Anatolien et la bande originale d’un film de sabre imaginaire des 70’. Le tout est joyeusement étrange et euphorisant.

 

 Corner Of My Sky / Kelly Lee Owens

Déjà fan du précédent album de cette jeune Galloise à la voix fluette et porté sur l’électro. Mais c’est sur « Inner Song » son nouvel LP que Kelly Lee Owens surprend. Déjà, commencer par une reprise d’ « Arpeggi » de Radiohead est en soit une excellente idée. Mais prudence, ne pas se fier à l’apparence cotonneuse des chansons. Elles peuvent glisser à tout moment vers de la techno indu type Underworld (« Jeanette ») ou vers du songwriting inspiré (« Wake Up »). Allant même jusqu’à invoquer le légendaire John Cale sur l’obsédant « Corner Of My Sky ». Et si vous en doutiez, le clip de la chanson vous le confirmera, comme la cuillère, la tartine n’existe pas.

Vous souhaitant bien des choses, à l’année prochaine.

 

Posté par POP notes à 17:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 janvier 2020

Top 5 Geoffroy

 

Top5 god


Chers amis des internets,

2019 a encore été une année "chapeaux de roues" et 2020 promet d'être tout autant palpitante.

Tout ça pour dire que oui, je suis à la bourre, et que oui, je vais encore une fois balancer mon top sans notice explicative ni autre forme de procès.

Les esthètes reconnaitront les leurs. Pour les autres, laissez-vous guider.

Des bisous,

 

La direction.

 

 

 5 — Chelsea Wolfe - Deranged for Rock & Roll

 

 

 

4 — Rose Elinor Dougall - Take What You Can Get

 

 

 

 

 3 — The Budos Band - Old Engine Oil

 

 

 

 

2 — Marie-Flore - QCC

 

 

 

1 — Julia Jacklin - Don’t Know How to Keep Loving You 

Posté par POP notes à 19:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 décembre 2019

Top 5 2019 Eric

Poc

 

 

      

5- Local Natives - When am I Gonna Loose You

Les californiens de Los Angéles remettent le couvert après une longue année de silence. Leur précédent album n’avait pas quitté ma playlist, notamment Fountain of Youth, une tuerie… Eh bien, ils continuent d’explorer les pépites de la pop indé.

 

 

4- Ilgen Nur - Easy Way Out

Inconnue au bataillon, avant de tomber sur son album par un hasard que l’on qualifiera d’heureux, la jeune allemande de Hambourg nous livre un album indé rock. Cette kid biberonnée au rock 90's fait le job et c’est plutôt pas mal…

 

3 ex-aequo – Sundara Karma - Greenhands

Plus d'un an après leur tout premier album et une tournée bien remplie, Sundara Karma annonçaient en fin d'année dernière la sortie de leur tout nouveau disque. Après quelques singles au compte-gouttes, Ulfilas' Alphabet est né. Un opus de treize titres avec lequel le groupe apporte un vent de fraîcheur sur la scène du rock. L’album qui ne m’a pas laché de l’année, comme une bouée, avec son chant à la Bowie, j’y revenais régulièrement… Impossible de passer à côté !

 

3 ex-aequo - Pomme - Je ne sais pas danser

Je découvre Pomme en cette fin d’année grâce au très bon site « Stars are underground » (un peu de pub n’a jamais fait de mal : https://www.starsareunderground.com/ ), je reste collé, ça bouge à l’intérieur de moi. De plus, elle est charmante !

 

Et puis aussi, son premier album… Bim !

 

 

2- Alaskalaska - Though Love

Petit groupe de Londres, le sextaite sort un album, The Dots. Leur art-pop teinté de jazz fusion et de rythmes discoïdes avec une petite touche d’electronica aux saveurs 80’s bien subtil aura de quoi laisser pantois plus d’un à l’écoute des morceaux comme l’introduction où les touches de saxophone et les synthés vaporeux mènent la danse. On peut en dire autant pour d’autres trouvailles inédites comme « Tough Love » qui a de quoi nous impressionner devant tant de technicité musicale.

 

1- Middle Kids - Beliefs & Prayers

La chanson Pop idéale ? On doit pas être très loin... La bande de 3, avec Hanna Joy au chant, nous arrive de Sydney et sort un 6 titres dans la continuité de leur album Lost Friends sorti l’année passée. Une basse « boppy », une batterie chaotique et le bel organe d’Hanna pour nous raviver des émotions adolescentes que demandait de plus.

 

Posté par POP notes à 10:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]